Directives d’Elevages

Les directives d’élevages

DIRECTIVES D’ELEVAGE :

Dans le cadre de sa mission de protection de l’EURASIER, le Comité du CFE. a estimé nécessaire de préciser les conditions d’élevage qui doivent être obligatoirement suivies par tout éleveur, et pas seulement les éleveurs membres du CFE et/ou titulaires d’un affixe.

Ces directives d’élevage ne concernent pas les méthodes de sélection par les lignées mais ont été élaborées en vue de la protection de la santé des reproducteurs et de leur progéniture.

Elles tiennent compte de la spécificité biologique de notre race (apparition des premières chaleurs, fréquence des chaleurs, prolificité, etc.), et vous remarquerez qu’elles ne sont vraiment pas trop restrictives. Elles constituent aussi l’éthique de l’élevage que nous nous devons tous de suivre par respect pour nos Eurasiers et rappellent l’engagement moral que nous prenons tous en faisant naître des chiots dont, il ne faut pas l’oublier, nous sommes pleinement responsables.

Le respect de ces directives est impératif pour pouvoir figurer sur la liste des éleveurs du CFE, ainsi que dans les annonces de portées.

1. L’éleveur, qu’il soit occasionnel (particulier produisant une seule portée) ou non, ainsi que les propriétaires d’étalons, s’engagent à ne produire que des chiens INSCRITS AU L.O.F., donc issus de parents dûment confirmés avant la saillie.

2. Les éleveurs produisant plus d’une portée dans l’année doivent être titulaires du certificat de capacité pour l’exercice des activités liées aux animaux de compagnie d’espèce domestique (Code Rural, article L.214-6, L.215- 9 & 10), d’un numéro de siret et posséder des locaux en règle.

3. Une femelle ne doit pas être saillie avant l’âge de 15 mois et pas après 3 ans pour une première portée. Une chienne ne doit plus avoir de portée après son 9 ème anniversaire. Dans sa vie, une chienne ne doit pas avoir plus de 6 portées. L’intervalle minimum pour les chiennes, entre deux portées, devra être de douze mois environ.

4. Un étalon ne peut reproduire avant l’âge de 12 mois (âge minimum pour le dépistage de la dysplasie de la hanche)

5. Les éleveurs ainsi que les propriétaires d’étalons s’engagent à se conformer aux directives données par le CFE , et à lui déclarer les problèmes d’origine présumée héréditaire décelés chez leurs reproducteurs ; dans le cas d’une maladie héréditaire à transmission présumée Mendélienne, ils s’engagent à enlever de la reproduction les reproducteurs en cause. Toutefois si un test génétique existe pour le dépistage de ces maladies, un porteur sain hétérozygote pourra reproduire avec un animal sain homozygote (indemne). Il est demandé aux éleveurs et propriétaires d’étalons de faire connaître tout problème de santé rencontré sur les chiots pour établir une base de données et des statistiques (ces informations ne seront pas divulguées).

6. Il est demandé aux éleveurs, qu’ils soient occasionnels ou non, et aux propriétaires d’étalons, de faire radiographier leurs reproducteurs en vue du dépistage de la dysplasie de la hanche. Un chien dysplasie B ne pourra reproduire qu’avec un chien dysplasie A ou B. Il est déconseillé de faire reproduire un chien de stade C . Au-delà du stade C, la reproduction est interdite.

7. De la même manière, les éleveurs et les propriétaires d’étalons devront faire dépister leurs chiens pour la luxation de la rotule. Un chien stade 1 ou 2 ne devra reproduire qu’avec un stade 0.

8. Il est également demandé que les chiens soient testés pour le DANDY WALKER avant la mise à la reproduction. Les chiens atteints ne doivent pas reproduire, et les porteurs sains ne pourront être mariés qu’avec des sujets sains homozygotes.

9. Ne devra pas reproduire également tout chien ayant subi une opération pour des problèmes d’origine présumée héréditaire (hanches, rotules, yeux) ou sous traitement à vie pour une maladie présumée héréditaire.

10. Les éleveurs acceptent de se soumettre à tout contrôle de leur élevage effectué par une personne mandatée par le Comité du CFE, la S. C. C., la D.D.P.P ou les Services de la Répression des Fraudes.

11. L’éleveur devra présenter au moins une fois dans la vie du chien chacun de ses reproducteurs lors des Expositions Nationales ou Régionale d’Élevage du C.F.E, de préférence avant qu’il reproduise et dans une classe pour adulte (intermédiaire, ouverte ou champion).

12. Lors de la vente d’un chien, l’éleveur doit fournir à l’acheteur :

  • un certificat de vente,
  • le carnet de vaccination du chien, les rappels de vaccination nécessaires ayant été faits dans le cas où le chien est vendu après l’âge de trois mois,
  • la carte d’identification par puce électronique,
  • le certificat de naissance ou, s’il ne l’a pas encore, le numéro du dossier d’inscription de la portée à la S. C. C.,
  • des conseils écrits se rapportant à l’élevage, l’éducation et l’alimentation du chiot
  • L’éleveur est moralement responsable des chiots qu’il a fait naître jusqu’à leur mort naturelle.

13. Lors de la vente des chiots, il doit s’enquérir du motif d’achat et éventuellement refuser la vente si le caractère spécifique de la race ne correspond manifestement pas aux motivations de l’acquéreur ou à son mode de vie.

14. L’éleveur doit assurer le « service après vente » de ses chiots en prodiguant tous les conseils nécessaires, même après que les chiots auront quitté son élevage.

15. Si le propriétaire ne peut garder son chien, pour une raison valable, il mettra tout en œuvre pour les replacer au mieux, aux frais du propriétaire.

16. Les éleveurs s’engagent à ne pas céder leurs chiots à des revendeurs, ni à vendre en salon du chiot.

17. L’éleveur, lors de la vente de ses chiots, parlera à l’acquéreur de l’existence du CFE, et éventuellement lui remettra une demande d’adhésion comportant sa signature de parrainage.

18. L’éleveur doit inciter les propriétaires des chiens issus de son élevage à les faire confirmer, éventuellement en envoyant une lettre à l’âge de la confirmation, mentionnant les dates d’expositions canines dans la région concernée.

19. Les éleveurs doivent assurer à leurs chiens en fin de carrière reproductrice des conditions de vie décentes. En aucun cas, leur euthanasie pour convenance personnelle n’est acceptable.

Ces directives d’élevage correspondent à l’éthique du Club.

N.B. – Les Directives d’Élevage sont révisables à tout instant sur décision du Comité.

directives d elevage